BandeauVague

Les courriels "langue bretonne" : réponses à vos questions

Courriels d'étudiants et de chercheurs

Précision

Tous les courriels reçus par Fañch Broudic ne sont pas publiés.

Il n'est publié que des extraits des courriers et des extraits des réponses.

Vous pouvez réagir à l'un ou l'autre de ces courriers ou apporter des compléments ou des corrections. Pour cela, clicquez sur "contact" en haut de page…

 

Comparatif entre le frioulan et le breton

J'ai trouvé votre adresse sur les pages web du centre de recherche de Brest, mais j'avais déjà entendu parler de vous et de votre travail. Je suis italienne, je suis en train de faire un doctorat ici en Italie. Il s'agit d'une comparaison entre les politiques linguistiques et en général les initiatives pour sauver la langue bretonne, et les actions en faveur du frioulan - la langue de ma région.
J'ai décidé de passer l'été en Bretagne et à Paris pour conduire des recherches. Comme j'aurai du temps je pense suivre aussi un stage de breton en Bretagne. Je comprends que l'été n'est pas le moment meilleur car tout le monde est en vacance. Le fait est que durant le reste de l'année je travaille aussi dans les collèges (si on m'appelle, n'ayant pas de place fixe).
1) Si vous serez à Brest pendant l'été j'aimerais bien parler avec vous.
2) Puis-je trouver des textes intéressants chez les bibliothèques de Brest? Est-ce-que elles seront ouvertes?
3) Povuez-vous me conseiller un bref stage de breton (juste pour avoir un'introduction générale à la langue?)
4) Si vous pouvez me donner d'autres indications, merci, je suis ouverte à toute suggestion. 
Je suis aussi en train de chercher un logement pour l'été: la résidence universitaire est normalment destinée aux inscripts...
Je vous prie, professeur, de bien vouloir me répondre dans un bref délai, afin que je puisse organiser mon voyage.
 

Le sujet de thèse que vous avez choisi est, je pense, bien intéressant. Je connais peu, personnellement, la situation du frioulan. Mais comme le contexte sociolinguistique est assez différent en Italie et en France, je suis sûr que vous aurez matière à une bonne analyse comparative de la situation de nos deux langues. Votre décision de venir sur place en Bretagne est pertinente : vous pourrez ainsi mieux vous rendre compte, sur le terrain, de la manière dont se présentent les choses.

Je pense que vous n'aurez pas trop de difficultés pour rencontrer les interlocuteurs qui vous intéressent pendant l'été : c'est aussi le moment où les gens sont plus disponibles.

La bibliothèque du Centre de Recherche Bretonne et Celtique, à l'université de Bretagne Occidentale (Brest) devrait être ouverte au moins jusque la mi-juillet, peut-être même un peu plus tard, puis à nouveau à compter de la mi-août. D'autres centres de ressources devraient être accessibles : tout dépend de ce vous recherchez, et… des dates auxquelles vous serez ici !

Pour ce qui est d'un stage de breton, je vais voir ce qui est prévu, et je vous le communiquerai.

Pour loger en cité universitaire, je pense que ce devrait être possible…

je vous remercie vivement pour votre réponse si précise, polie et rapide. J'ai consulté votre site et je compte le consulter encore.
J'aimerais vous rencontrer; j'ai aussi contacté la fondatrice de Diwan Paris, qui serait heureuse de me faire visiter l'école; pour faire cela j'essayerai de partir les derniers jours de juin, mais la chose ne dépend pas de ma volonté. Je pense que l'école soit un domaines de recherche intéressants - ici il n'y a a aucune école en langue minoritaire.

 

Naufrage en 1849

Ecrivant un récit maritime se déroulant en 1849, je souhaiterai savoir si un jeune mousse de Paimpol de 20 ans à cette date parlait breton exclusivement, ou était plutot bilingue ? Je relate le naufrage d'un bateau de breton au large de l'oregon en juillet 49

Voici les témoignages d'époque dont je dispose :

Dans le "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne" de Ogée, édition revue et augmentée par A. Mattevile et P. Varin en 1843-1853, Paimpol est signalé comme parlant à la fois le breton et le français. Mais aucune indication n'est fournie concernant la répartition des usages de l'une et l'autre langue.

Dans les documents qui ont servi à J. Gaultier du Mottay pour rédiger sa "Géographie départementale des Côtes du Nord" en 1862, je note les situations suivantes dans des communes avoisinantes :

  • Tréguier : "on parle le breton et le français indifféremment. Cependant la langue de la classe ouvrière est le breton".
  • Kerbors : "le breton s'y parle presqu'exclusivement. On y entend (càd : on y comprend) généralement le français, mais on le parle très peu".
  • Lézardrieux : "on y parle le breton presqu'exclusivement, quoiqu'on sache généralement le français"
  • Kermoroc'h : "on parle généralement le breton. Il n'y a que les adolescents qui parlent (il faut comprendre : qui peuvent parler) le français".
  • Landebaëron : "les jeunes gens commencent à parler le français (sous-entendu : quand il le faut). Le reste des habitants ne connaissant point cette langue, parle toujours breton".

A cette date, la langue d'usage pour 95% de la population ne peut être que le breton. Ensuite, tout dépend de l'origine géographique de votre héros (commune rurale ou maritime, ville / campagne…), de son itinéraire personnel (sa "formation", à quel âge a-t-il commencé à naviguer…, les équipages et les ports qu'il a fréquentés… est-ce la première fois qu'il aborde l'Orégon ?). On ne peut exclure aucune hypothèse : à 20 ans (mais à cet âge il n'est peut-être plus mousse, il est devenu matelot…),

- il peut ne savoir toujours que le breton,
- il peut savoir le breton et seulement comprendre le français (et quel français ?),
- ou encore parler les deux langues,
- et même avoir appris un minimum d'autres langues (voyez l'histoire de Déguignet dans ses "Mémoires d'un paysan bas-breton", qui participe à la guerre de Crimée, à celle du Mexique, etc…).

 

"Diffusion de la langue bretonne"

je suis une étudiante en université, en première année de Langues Etrangères Appliquées. Je réalise actuellement un petit mémoire sur la langue bretonne. Votre site est très interessant. Aussi je voudrais savoir si les oeuvres de Fanch Broudic sont disponnibles dans des bibliotèques parisiennes. J'ai en effet beaucoup de mal à trouver des oeuvres de sociolinguistique sur la langue bretonne que je pourrai consulter près de chez moi. Peut-être pourriez-vous me donner quelques reférences d'ouvrages traitant mon sujet? Ma problèmatique est la suivante :"la diffusion de la langue bretonne dans l'enseignement, les médias et la vie sociale permet-elle une (véritable) situation de bilinguisme en bretagne?". Pourriez-vous me donner éventuellement quelques pistes pour mes recherches?

 

Le sujet que vous avez retenu pour votre mémoire me paraît intéressant. Je m'interroge cependant sur le sens du mot "véritable" (et bien que vous l'ayez mis entre parenthèses) dans votre intitulé, car il pourrait cependant conditionner votre approche. Il me semble qu'une situation de "bilinguisme" existe dès qu'elle est constatée (au niveau de l'individu ou au niveau d'un groupe). Mais tous les cas de bi- ou de plurilinguisme diffèrent. Au niveau de la description en tous cas, il n'existe pas de cas "idéal" de bilinguisme. Maintenant, on peut estimer souhaitable ou nécessaire de renforcer le bilinguisme sur un territoire ou dans un contexte donné : on entre là dans le domaine des préconisations, et il s'agit dès lors de politique de la langue ou de glottopolitique. Si vous ne maîtrisez pas bien toutes ces notions, essayez de consulter un manuel de sociolinguistique, par exemple : "Sociolinguistique, concepts de base", sous la direction de Marie-Louise Moreau, aux éditions Mardaga (il est rédigé sous forme de dictionnaire, avec des chapitres et de notices assez courts).

Pour ce qui est de mes ouvrages, je ne sais évidemment pas dans quelles bibliothèques peuvent-ils se trouver à Paris : je ne sais pas qui achète mes livres ! Pour vous dépanner, essayez de consulter les catalogues en ligne (beaucoup de bibliothèques en ont désormais).

Vous pourriez aussi consulter ou essayer de vous procurer quelques ouvrages (pas trop chers) dans une petite collection aux éditions : emgleo.breiz@wanadoo.fr :

3. Mari Jones. La langue bretonne aujourd'hui à Plougastel-Daoulas.
4. Fañch Broudig. Qui parle breton aujourd'hui ? Qui le parlera demain ?
6. Anna Quéré. Les Bretons et la langue bretonne. Ce qu'ils en disent.
7. Pierre-Jakez Hélias. Un pays à deux langues.
9. Denis Costaouec. Quel avenir pour le breton populaire ? Enquête à La Forêt-Fouesnant.
10. Rachel Hoare. L'identité linguistique des jeunes en Bretagne.

Les références de mes différents livres sont sur mon site. Consultez aussi les pages biblio > sociolinguistique sur le site.

Vous pourriez enfin à partir de la page liens que je présente aussi sur mon site consulter diverses sources aux rubriques : enseignement, pédagogie, medias…

bonjour et merci de m'avoir répondu aussi rapidement.
Les pistes que vous m'avez donné pour mon sujet m'ont beaucoup servi, et j'ai trouvé quelques uns de vos ouvrage à la bibliothèque Ste-Geneviève à Paris.

 

Dissertation

Je suis étudiante de français à l'université de Bristol en Angleterre. En ce moment, j'écris une dissertation sur le sujet de la langue bretonne et j'ai trouve votre site-web indispensable. Je vous serais très reconnaissante, si vous auriez le temps, vous pourriez traduire le titre de ma dissertation 'comment fonctionne la langue bretonne aujourd'hui, tous les deux comme langue vivante et langue minoritaire' , en breton.

Je vous propose la traduction suivante :

"Penaoz ema kont gand ar brezoneg : eur yez veo, eur yez na vez ket komzet ken gand an oll".

en traduction littérale, cela donnerait :

"comment va le breton : une langue vivante, une langue que tout le monde ne parle plus".

Est-ce que cela vous convient ?

Bonne dissertation, et surtout une bonne note !

 

Enseignement bilingue

Je suis étudiante en master 2 "Communication interne et management des ressources humaines" à l'université de Lille 3. Je prépare un mini-mémoire que j'ai intitulé dans un premier temps : l'enseignement bilingue, un modèle pédagogique?
Je me permet de vous contacter car j'aimerais pouvoir rencontrer un spécialiste dans le but de creuser cette question mais également avoir des conseils bibliographiques.
J'habite à P. dans les Côtes d'Armor où mes filles sont scolarisées dans la filière bilingue de l'école publique.

Voyez :

  • l'article d'Erwan Evenou "pédagogie et enseignement" dans le catalogue de l'expo "Parlons du breton" publié par Buhez aux éditions Ouest-France
  • et Rachel Hoare : L'identité linguistique des jeunes en Bretagne, aux éditions Brud Nevez à Brest.

Je peux par ailleurs vous signaler :

  • Jean Duverger : l'enseignement bilingue aujourd'hui, Ed Bibliothèque Richaudeau / Albin Michel
  • Elizabeth Deshays : L'enfant bilingue, aux éd Robert Laffont.

 

Amiegezed / courriel en breton au sujet des sage-femmes

Bet on ar sizhun tremenet d'ur brezegenn (e galleg) diwar-benn istor an amiegezhed e Breizh. Kinniget e oa gant Anne Guillou. Ur plac'h er sall he deus goullet penoas e vez lâret "sage-femme" e yezhoù disheñvel. Respontet he deus an itron Guillou e vez lâret un dra evel "amiegezh" ba bro Leon hag ur plac'h all eus Langoat he deus komzet "mamm gozh an hollen".
C'hwi a oar hag-eñ ez eus doare all da lâret ar micher-mañ e Breizh Izel, ha perak vez lâret mamm gozh "an hollen"? Marteze ivez c'hwi a oar etimilogiezh an "amiegezh".
Mersi deoc'h. Gazetennerez on, o vevañ e L., ha desket am eus brezhoneg tri bloazh zo. Neuze, e c'hallit kavout ma vrezhoneg un tamm "re" galleg.

Ne deu ket fall ar brezoneg ganit dija. Med gwir eo e hellez c'hoaz gwellaad anezañ ! Kalon dit eta da vond war-raog bepred !

N'em-eus tamm anaoudegez ebed deuz micher an amiegezed avad. Sed n'eo ket êz din respont ahanout war ze. Toud ar pez a hellan ober eo alia ahanout war-zu eul lennadenn bennag.

Rag 15 pe 20 vloaz 'zo e oa bet eun diskouezadeg a-zoare e Mirdi Sant-Brieg diwar-benn istor an amiegezed. Kaoud a ree din em-oa ar hatalog, med ne adkavan ket anezañ. Bez' e hellfez neuze klask anezañ en eul levraoueg bennag, pe zoken goulenn anezañ war-eeun digand Mirdi Sant-Brieg : marteze e chomfe eur skwerenn bennag ganto ?

Bez' e helljez ive marteze kaoud eun dra bennag er pennad-mañ :

Henri STOFFT. - Utilisation de la langue bretonne pour la formation professionnelle des sages-femmes au XVIIIe siècle. - revue DALC'HOM SONJ, n° 9, 1984, p. 11-17.

Pellgomzet am eus da mirdi Sant Brieg, met ne vo ket digor araok warc'hoazh. Emichañs e gavan unan bennak en deus dalc'het soñj d'an diskouezadeg. Klask a rin ar c'hatalog ivez.
Kavet am eus just niverenn Henri Stofft e Gwened evit lenn e bennad biwar-benn implij ar brezhoneg. Gortoz a ran ivez ur bellgomzadenn eus an ICB a embann "Dalc'hom sonj".
Dec'h am eus goulennet d'un den eus Plunet perak vije lâret "mamm gozh an holen". Evitañ ez eus ul liamm gant al loened peogwir e vez lakaet holen war ul leue just ganet, da skouer, evit lakaat e vamm da lipañ anezhañ. Pe holen en e veg evitañ da zistreviañ. Ez an da glask.

 

Guérande et la Loire-Atlantique

Nous savons tous que la Loire-Atlantique est partie intégrante de la Bretagne, que ce soit historiquement ou culturellement.
Ma question concerne plus particulièrement la Presqu'île de Guérande en ce qui concerne la Langue Bretonne :
- J'ai eu l'information que la langue Bretonne était parlé sur une partie de la Loire-Atlantique jusqu'au Xe Siècle, puis elle se serait repliée sur une ligne Vanne/Paimpol ensuite.
- Cependant, un ami m'affirme que la langue bretonne fut parlé spécifiquement sur la Presqu'île de la même façon que sur Vannes jusqu'au XXe S.
- Au vu des noms tous bretonnant dans ce secteur (Guérande/Gwen Rann - Le Pouliguen/Ar Poul Guewn - etc...) pouvez-vous me confirmer ce fait qui valorise la revendication bretonne de ce petit coin typiquement breton de par sa géographie, architecture et histoire, et contre dit ceux qui "crient" que ce n'est pas du tout breton.

Il est exact que l'on a parlé le breton dans la presqu'île de Guérande jusqu'au début du 20e siècle au moins, puisque Pierre le Roux a pu y faire une enquête pour son "Atlas linguistique de la Basse-Bretagne". Il m'est cependant difficile de faire en quelques lignes un point détaillé sur les questions que vous posez. Mais je vous fournis la référence d'un livre que j'ai rédigé sur la question (lequel comporte une bibliographie détaillée), d'un article de Bernard Tanguy et de quelques autres publications assez récentes :

Fanch BROUDIC. A la recherche de la frontière. La limite linguistique entre Haute et Basse-Bretagne aux XIXe et XXe siècles. aux éditions Emgleo Breiz, Brest (vous pouvez commander par mail à : emgleo.breiz@wanadoo.fr )
TANGUY (Bernard). - La langue bretonne au pays de Guérande. - revue ARMEN, n° 25, février 1990, p. 20-27, ill., c.
GUYONVARC’H (Christian-J.). - Aux origines du breton. Le glossaire vannetais du Chevalier Arnold von Harff, voyageur allemand du XVe siècle. - Rennes : Ogam-Celticum, 1984. - 123 p.
JONES (Ieuan E.). - Upper and Lower Brittany as shown on early maps. In : Campagnes et littoraux d’Europe. Mélanges offerts à Pierre Flatrès. - Lille : Sté de Géographie de Lille, 1988. - P. 61-66, ill.
LE MOING (Jean-Yves). - Les noms de lieux bretons de Haute-bretagne. - Spezed : Coop Breizh, 1990. - 480 p., c.

 

Je suis étudiant gallois…

Après avoir lu sur l'Internet vos pages, j'aimerais vous demander quelques
questions sur le breton. Je suis etudiant gallois qui fait un dossier en
comparant la situation bretonne avec le gallois et je crois que vos reponses
seraient très utiles pour mon travail si vous pourriez les repondre.
 
Combien de locuteurs de breton y-a-t-il?
Où est la langue la plus forte?
Est-ce que le breton est beaucoup employé dans la communauté ?
Est-ce que la langue a des droits légaux?
Quels sont les similarités entre le gallois et le breton?
Finalement, savez-vous s'il existe un mot français pour « les personnes qui
parlent breton » (par exemple comme francophone).

Réponses :

Combien de locuteurs de breton y-a-t-il?

240 000 en 1997 (soit (16% de la population de la Basse-Bretagne). Voir mon site internet : résultat du dernier sondage de 1997.

> Où est la langue la plus forte?

Les zones de forte pratique du breton se trouvent dans le Trégor intérieur, le centre-bretagne, une partie du Cap Sizun et du pays bigouden. D'après ma dernière enquête, les bretonnants résident surtout dans les zones à faible vitalité démographique et économique.

> Est-ce que le breton est beaucoup employé dans la communauté ?

Moins de 70 000 personnes déclarent aujourd'hui parler le breton "tous les jours".

> Est-ce que la langue a des droits légaux?

Le breton bénéficie d'une certaine reconnaissance de fait à plusieurs niveaux. Mais aucun texte de loi n'a été adopté par le Parlement depuis la loi Deixonne de 1951 autorisant l'enseignement facultatif des langues régionales.

> Finalement, savez-vous s'il existe un mot français pour « les personnes qui parlent breton » (par exemple comme francophone).

Pour ceux qui parlent breton, on dit : "bretonnants".

 

Je suis une fille flamande…

Je suis étudiante en traduction (français- italien) à école supérieure Vlekho à Bruxelles où je fais ma deuxième licence (le maîtrise en France). Cette année-ci, je dois donc rédiger un mémoire. Dans mon mémoire je parlerai de l'importance et du développement de la langue bretonne.
Si vous avez des textes intéressants sur la langue bretonne (l'histoire de la langue, évolutions,...), voudriez-vous me les envoyez ou me contacter par e-mail?
Je suis une fille flamande et ici en Belgique je ne trouve pas beaucoup de livres sur l'histoire de la langue bretonne. J'ai vu sur Internet que vous avez déjà écrit beaucoup sur la langue bretonne.

Vous pouvez déjà trouver beaucoup de renseignements sur différentes pages de mon site internet : je ne peux donc que vous inciter à le parcourir.

Par ailleurs, il y a plusieurs autres sites sur la langue bretonne.

Je ne peux enfin que vous recommander la lecture d'un petit livre très illustré "Histoire de la langue bretonne", publié aux éditions Ouest-France à Rennes, qui vous indique l'essentiel de ce qu'il faut savoir sur le breton.

Chez le même éditeur, paraît en ce moment un autre livre, dont le titre est "Parlons du breton", qui fait également le point sur la question de la langue bretonne (plusieurs auteurs).

Vous pouvez commander ces livres chez un libraire, ou les faire acheter par la bibliothèque de votre école, ou encore les commander par internet.

Accueil

Le blog langue bretonne

SOCIOLINGUISTIQUE ET HISTOIRE

Les sondages sur la langue bretonne : combien de locuteurs?

La pratique du breton de l'Ancien Régime à nos jours

L'interdiction du breton en 1902

Les livres publiés par Fañch Broudic

Les articles publiés par Fañch Broudic

REPERES

Les pages "biblio"

Les courriels reçus… Les réponses à vos questions…

Les pages infos

AR PAJENNOU BREZONEG

Pajennou nevez

Piou oar brezoneg ?

Emile Masson ha "Brug"

Leoriou all gand Fañch Broudic

Yez, lennegez, istor

© Fañch Broudic 2002 - 2009

BandeauSousTitredesPages

La photo : Nom de villa à Cléder (Finistère).

www.langue-bretonne.com
Nom de villa à Cléder
Le blog "langue bretonne" Contact La page infos Accueil
 

La thèse : présentation, table des matières…

 

Le tout premier sondage sur la pratique du breton

 

Une émigration bretonnante

 

Langue bretonne et nouvelles socialisations

 

Pour quelles raisons la pratique du breton a-t-elle diminué ?

 

L'interdiction du breton en 1902 : présentation du livre

 

Le contexte poilitique de la circulaire Combes

 

L'interdiction du breton : la réaction des élus

 

Dernier titre paru : Le breton, une langue en questions

 

Les livres publiés par Fañch Broudic

 

L'interdiction du breton en 1902

 

A la recherche de la frontière : la limite linguistique

 

Histoire de la langue bretonne

 

Les articles publiés par Fañch Broudic : biblio

 

Relecture sociolinguistique d'une recherche phonologique

 

Exposer une langue : l'exemple du breton

 

Pierre-Jakez Hélias et la langue bretonne

 

"Brug" : une revue libertaire en langue bretonne au début du XXe siècle

 

Le tout premier sondage en 1970

 

Parler breton au XXIe siècle : nouveau sondage

 

Parler breton au XXIe siècle : les chiffres-clés

 

Quelle opinion les Bretons ont-ils de leur langue ?

 

Les livres publiés par Fañch Broudic

 

Les articles publiés par Fañch Broudic : biblio

 

Sociolinguistique 1

 

Sociolinguistique 2 : langue bretonne

 

Histoire 1

 

Histoire 2 : deux almanachs révolutionnaires en breton

 

Questions d'étudiants et de chercheurs

 

Traductions en tous sens

 

Noms, prénoms et autres noms

 

Infos : colloques, revue de presse…

 

Fañch Broudic : CV et biblio perso

 

La page des liens "langue bretonne"

 

Pour contacter Fañch Broudic

 

Gwengamp o c'hoari football : biskoaz kemend-all !

 

Marvet eo Remi Derrien

 

Kenavo d'am labour

 

Petra c'hoarvez e bro-Chin hag en Tibet ?

 

Piou a ra gand ar brezoneg ?

 

Petra 'zoñj ar Vretoned euz o yez ?

 

Enklask an INSEE : 257 000 brezoneger e Breiz

 

Al leor nemetañ diwar-benn "Brug"

 

Petra 'skrive "Brug" : eun dibab a destennou

 

Moueziou a leh all : troidigeziou diwar skrivagnerien ar bed

 

Combes a-eneb ar brezoneg

 

Taolennou ar baradoz

 

Skridvarnerez

 

Lennadennou a nevez 'zo

 

Paotred ar brezoneg

 

Daou almanag brezoneg euz amzer an Dispah